Les bons réflexes pour choisir ses cosmétiques

Shampoing, dentifrice, crème hydratante, maquillage, … chaque français dépense plus de 200€ par an pour ses produits de beauté selon une enquête INSEE de 2006. Mais, de nombreuses substances indésirables ont été pointées du doigt ces dernières années.

Comment lire et comprendre les étiquettes des cosmétiques ? Quels réflexes acquérir pour débusquer les produits à éviter ?

Déchiffrer la composition des cosmétiques

Armés de courage et de détermination, nous voilà face à l’étiquette de nos cosmétiques convaincus de pouvoir répondre à la question : Que contient mon flacon ? Et…on y comprend rien ! Latin, anglais, termes chimiques et botaniques se succèdent et ne nous éclairent vraiment pas sur le contenu. Alors, on cherche sur l’emballage et on retrouve plus haut des mentions et allégations énoncés en gras, des termes en français clairs et précis qui nous disent que notre produit est bourrés de composants brevetés, uniques, testés, approuvés…. PAS SI VITE !!

Il est possible d’apprendre à lire les étiquettes avec quelques règles de base qui s’appliquent à l’ensemble des cosmétiques. La première est que les ingrédients sont énumérés par ordre d’importance (c’est une obligation légale). En d’autres termes, plus un ingrédient est placé haut dans la liste, plus la formule en contient. Si le premier ingrédient est aqua c’est que l’eau est l’ingrédient principal de votre flacon.

En général les six premiers ingrédients constituent la base de la formule (80 à 90%). Les suivant peuvent être très très faiblement dosés de 5% à 0.001%. Si ces premiers ingrédients sont des ingrédients végétaux ou d’origine végétale le produit est naturel. S’il faut un master de chimie pour déterminer de quel ingrédient il s’agit, vous avez à faire un une formulation bien moins naturelle.

Plus la liste est longue plus on multiplie les chances de trouver des ingrédients indésirables. D’autant qu’à partir de 1% et moins, la réglementation prévoit, que les ingrédients peuvent être mentionnés dans le désordre. Autrement dit, un actif dosé à 0.01% pourra être mentionné avant les solvants pesant 0.99% du produit final !

Les ingrédients naturels sont souvent énumérés avec leur nom latin (cocos nucifera pour la coco, calendula officinalis pour le calendula,…).

Cette appellation latine peut être suivie par un terme anglais qui permet de déterminer le type d’extrait végétal utilisé. Oil désigne une huile, essential oil une huile essentielle, extract un extrait, water une eau florale et butter un beurre végétal.

Les abréviations en majuscules comme PEG, BHA, EDTA sont plutôt des ingrédients de synthèse indésirables.

Les colorants sont souvent sous la forme : CI (Colour Index) + 5 chiffres. Par exemple CI75100 désigne le colorant jaune.

Les conservateurs sont présents dans la quasi totalité des cosmétiques. Ils forment une des famille d’ingrédients associés aux effets indésirables suivants : irritants, allergisants, toxiques, cancérogènes.

De plus, le site Observatoire des cosmétiques peut vous aider à trouver des informations précieuses sur les ingrédients contenus dans vos cosmétiques.

Des conseils par type de produits

Pour les gels douche il vaut mieux éviter les agents lavants irritants (sodium laureth sulfate, sodium lauryl sulfate, ammonium lauryl sulfate…). A l’inverse, recherchez les tensioactifs d’origine naturelle, plus respectueux de l’épiderme (coco, decyl, lauryl, capryl glucoside).

Pour les shampoings et les masques, il faut éviter les silicones (noms des composants se terminant en -thicone). Ils forment une gaine autour du cheveux qui semble améliore sa texture et sa brillance mais seulement en apparence. Les mentions SANS SILICONE se sont multipliés sur les étiquettes mais au profit des quats ! Cela revient à choisir entre la peste et le choléra ! Les quats présentent les mêmes inconvénients et sont tout aussi irritants !

Pour les rouges à lèvres il faut redoubler de prudence car on avale, en fin de compte, une bonne partie du produit. Il vaut donc mieux éviter, les silicones (noms des composants se terminant en -thicone) les huiles minérales (paraffinum, petrolatum,…) et les colorants de synthèse. A la place choisissez des produits riche en cire d’abeille ou en graisse végétale (beurre de karité, beurre de cacao,…).

Les déodorants contiennent souvent des sels d’aluminium qui obstruent les pores de la peau et sont considérés comme toxiques.

Choisir un produit naturel

Un produit naturel n’aura pas besoin d’un emballage multipliant les mentions et les allégations censées rassurer le consommateur.

Sa composition sera simple, il contiendra peu d’ ingrédients d’origine naturelle, issus de l’agriculture bio ou non. Ils seront issus des végétaux (huiles essentielles, eaux forales…), des animaux (miel, cire d’abeille, propolis, lanoline…) ou autre (sel, sucre, argile).

Le fabricant aura facilité la communication avec le consommateur en rendant la liste des ingrédients lisible, parfois traduite en français, et surtout expliquée. Le fabricant peut aussi jouer la transparence en donnant des informations sur ses procédés, ses fournisseurs, son entreprise.

Les conservateurs choisis favoriseront l’alcool dans des proportions raisonnées. Aucun parfum ou colorant chimique ne sera ajouté au produit en plus des parfums et couleurs présentes naturellement.

Et vous comment faites vous pour choisir vos cosmétiques ?

💡 Dans la partie Tests Produits du site, vous trouverez de nombreux cosmétiques dont j’ai tenté de décrypter les étiquettes. Quand je teste un produit, je vous indique toujours sa composition exacte et précise. Un bon moyen de commencer à se familiariser avec les étiquettes des cosmétiques.  😉

 

5 réponses

  1. Contente que ça vous plaise 😉 D’autres articles sur les cosmétiques sont en préparation et devraient être publiés ce mois ci…

  2. Pinget dit :

    Génial tt c conseils !!! Merci

  1. 11 avril 2017

    […] expliqué dans l’article Les bons réflexes pour choisir ses cosmétiques, un ingrédient naturel mis en avant sur l’étiquette peut en fait ne représenter […]

  2. 13 avril 2017

    […] et ses dérivés, évitera d’avoir des cheveux secs et fourchus (voir l’article Les bons réflexes pour choisir ses cosmétiques publié sur le […]

  3. 12 mai 2017

    […] Pour savoir comment choisir vos cosmétiques, n’hésitez pas à lire ou relire l’article Les bons réflexes pour choisir ses cosmétiques. […]

Laisser un commentaire