Petit plaidoyer pour des cadeaux spontanés

Souvent les cadeaux de Noël génèrent plus de stress que de bonheur. Pourquoi ?

Combien sommes nous chaque année, à courir les centres commerciaux pressés et fatigués pour acheter le cadeau commandé. Comment ça commandé ? Eh oui, les enfants apprennent en maternelle à faire une liste au père Noël et les plus grands donnent leurs instructions catalogue à la main.

Et la spontanéité dans tout ça ? Quelle tristesse, d’aller au centre commercial chercher les cadeaux inscrits sur la liste. Comme on y va, d’ailleurs, le reste de la semaine acheter du papier toilette ou des pâtes en rayant une liste similaire… Il y a quelque temps, avec ma famille on a décidé de se faire des cadeaux surprises les uns envers les autres hors « dates balisées » (Noël, anniversaires,…) . Et quel bonheur ça été !!

D’où ce plaidoyer pour des cadeaux spontanés ! 

C’est génial, d’étonner ses proches avec un objet insolite auxquels ils n’avaient pas pensé mais qui va les combler. Et de revivre en famille ces moments uniques où chacun essaye de deviner ce que cache le paquet avant de l’ouvrir. Que de fous rires en perspective !

Aller au centre commercial ou surfer sur internet sans une idée très précise et l’affiner petit à petit, c’est tellement plus excitant ! C’est marrant de chercher le cadeau idéal en secret. Et oui, il va falloir « enquêter » pour trouver le cadeau parfait ! Magnifique occasion de pousser l’ado à se livrer en lui demandant ses goûts, en s’immergeant dans son univers. Il se pliera naturellement à l’exercice pour s’assurer d’avoir un cadeau qui lui correspond. La relation n’en sera que plus forte et profonde.

Des années après cet ‘événement cadeau’ dans ma famille, je me souviens exactement quel cadeau j’avais offert à chacun et quels cadeaux j’avais reçus. Les cadeaux n’étaient pas extraordinaires. Mais, on a prit le temps de se raconter l’histoire de chaque cadeau. Pourquoi ce choix ? Avec quel autre cadeau on avait hésité ? C’est un peu l’histoire de la quête du Graal 😉 Et finalement, l’objet et sa valeur comptent moins que son histoire. Ces cadeaux deviendront des souvenirs précieux !

Comparé à la mine mi figue mi raisin de l’ado qui, après l’ouverture de son cadeau, dira : « Mais je le voulais en roooooouge pas en nooooir, pfff je te l’avais dit en plus !! » c’est franchement beaucoup mieux !!

Alors oui, je suis d’accord cette méthode présente des risques…

Le risque de faire un plaisir fou à l’un de ses proches, de le laisser sans voix, de le voir estomaqué devant son cadeau. C’est une formidable occasion de montrer à son amoureux à quel point on le connait et on l’aime. Mais c’est aussi, malgré beaucoup de bonne volonté, le risque de faire un flop. Alors, soit on se prépare psychologiquement à l’éventualité que le cadeau plaise pas et on demande en magasin si l’échange est possible. Dans ce cas, gardez bien les preuves d’achat !! Soit on prévoit deux cadeaux au lieu d’un, pour limiter les dégâts.

Alors passons maintenant à un tabou, la date ! Pourquoi se faire des cadeaux à des dates imposées par des fêtes auxquels de moins en moins de personnes croient ? C’est une sorte de générosité conditionnée, ritualisée, imposée à dates fixes. C’est plus vraiment de la générosité au sens propre du terme d’ailleurs.

Et pour la personne qui est gâtée, il y a plus la surprise de recevoir un cadeau qu’elle n’attend pas. Mais plutôt une attente bien présente, palpable même parfois, pour recevoir le présent comme ci il était dû.

Et pourtant, quel bonheur simple c’est, que d’offrir spontanément un cadeau à l’un de ses proches…

Et vous, vous êtes pour ou contre les cadeaux surprises ? 

 

Laisser un commentaire